Wednesday 1 September 2021

PROCIVIS, ACTEUR DE LA LUTTE CONTRE L’HABITAT INDIGNE À MARSEILLE

Le réseau Procivis est parvenu, le 3 août 2021, à boucler dans l’urgence le budget d’avance de subventions nécessaire au redémarrage des travaux d’un immeuble vétuste au 1 rue Lafon à Marseille.

L’adresse se situe dans le quartier de la rue d’Aubagne, tristement connu depuis l’effondrement de deux immeubles en novembre 2018, ayant causé la mort de huit personnes. Depuis ce sont quelque 4 500 Marseillais qui ont été évacués de 578 immeubles dangereux. Plus globalement, 100 000 Marseillais vivent dans des logements insalubres et/ou dangereux. Il est plus que jamais nécessaire de parvenir à les rénover, en particulier les immeubles mis sous arrêté de péril. Cette mission unit l’ensemble des acteurs locaux autour de la mairie et de la métropole, et Procivis est prêt à en prendre toute sa part.

Au 1 rue Lafon, une copropriété privée de cinq étages, composée de huit logements, le projet, subventionné à 100%, a imposé à tous les habitants de quitter leur logement. Faute de paiements – l’avance de l’ANAH étant limitée – les entreprises ont pourtant cessé les travaux. C’est là qu’intervient Procivis. Sur le montant global des travaux, d’1,3 million d’euros, le réseau préfinance 972 145 euros, permettant une reprise immédiate du chantier. Les travaux concernent notamment la toiture et la charpente qui sont très dégradées, les planchers et les balcons qui sont instables et l’isolation qui est défaillante.

rue-lafon

Avec ce projet, Procivis démontre une fois de plus sa capacité à répondre aux demandes urgentes. Mobilisées au cœur du mois d’août, les équipes de Procivis Provence ont fait preuve d’agilité et de solidarité, le tout avec une rapidité exemplaire. Le réseau se place ainsi comme un acteur incontournable dans la mise en œuvre des politiques de l’habitat, un maillon de la chaîne indispensable pour résoudre les situations les plus sensibles au service des plus démunis.

Les travaux vont reprendre au grand soulagement des habitants du quartier qui restent les premières victimes de ces situations dramatiques.

Scroll to Top