Monday 12 December 2022

LES FRANÇAIS ET LE LOGEMENT : BAROMÈTRE 2022

Visuel-barometre-site

Comme les années précédentes, le baromètre Procivis/Harris Interactive 2022 est riche d’enseignements que nous partageons avec la Fondation Jean Jaurès. Nous conservons la même exigence méthodologique : une enquête auprès de 10 000 Français, échantillon considérable qui ouvre de nombreuses possibilités d’analyse. Plusieurs questions sont récurrentes d’une année sur l’autre pour permettre une lecture longitudinale des comportements et représentations liés au logement. Et certaines autres varient de telle sorte à éclairer un point particulier de l’actualité. Nous avions, l’an dernier, fait un focus sur les attentes des Français en termes de politiques publiques du logement, à quelques mois de l’élection présidentielle et donné un contenu à la notion de « parcours » d’habitation, souvent employée dans le secteur du logement. Nous avions notamment pu révéler la « quête de logement » qui semble guider les Français dans leurs déménagements successifs.

Cette année, il nous a semblé que la problématique-clé du secteur du logement était celle de la rénovation énergétique. Face à l’urgence d’une action pour le climat et la préservation des ressources, chaque secteur économique, chaque acteur, a la responsabilité d’interroger ses pratiques et d’évoluer. Le secteur du logement, qui représente 20% des émissions de gaz à effets de serre ne peut échapper à une telle introspection. Des dispositions légales ont été prises ces dernières années, notamment à travers la loi dite « Climat et résilience ». Celle-ci prévoit que les logements de classe énergétique G ne pourront plus être loués à partir du 1er janvier 2025 ; il s’agit d’environ 600 000 logements. Puis viendra le tour des logements de classe énergétique F au 1er janvier 2028. Ils sont deux fois plus nombreux que les premiers sur le marché, soit 1 200 000 logements à l’heure actuelle. Enfin, le 1er janvier 2034, ce sont les 2 600 000 logements de classe E qui sortiront du marché. Les chiffres sont gigantesques, à la mesure de l’enjeu. Sommes-nous prêts ?

visuel-reno-ener

Une des conditions sine qua non d’atteinte d’un tel objectif est que les copropriétaires s’entendent pour faire les travaux. C’est un des angles morts des discours et des mesures publics dans ce domaine : en copropriété, contrairement à ce qu’indique l’adage populaire, les absents ont toujours raison. Si bien que les décisions importantes qui doivent être prises pour être au rendez-vous de l’amélioration énergétique de l’habitat peinent à l’être. Ce point nous a conduit à interroger la qualité des relations dans la copropriété et l’efficacité perçue des mécanismes de prise de décision… et les résultats ne sont pas intuitifs.

Si l’ensemble de la société ne se mobilise pas rapidement autour de cet enjeu de la rénovation énergétique, de très nombreux logements sortiront donc du marché. Or, nous en manquons… cette transformation substantielle doit être réalisée alors que le secteur traverse une grave crise, inédite sans doute par la multiplicité des facteurs qui en sont les ferments.

Cette note se propose donc de détailler les principaux résultats du baromètre Procivis/Harris Interactive 2022 en regard de ces problématiques économiques et sociales majeures. Comme un clin d’œil aux lecteurs de la Fondation Jean Jaurès qui sont férus de politique, nous les avons présentés en détournant quelques slogans fameux des campagnes présidentielles…

Scroll to Top